Télétravail

30 juin 2021

5 min.

Retour au bureau: les apprentissages de la pandémie et les enjeux du déconfinement

La pandémie a amené un lot phénoménal de défis et de changements à l’ensemble des organisations. Il a fallu s’organiser pour le télétravail, changer certaines façons de faire et s’adapter à l’inconnu. Pour autant, ces changements ont-ils été si négatifs? D’autant plus qu’avec le déconfinement et le retour au bureau, de nouveaux enjeux vont probablement apparaître.

Cela vous préoccupe? Parlons-en!

3 chiffres clés sur les apprentissages pendant la pandémie

Selon des études citées dans un article du magazine Forbes, How To Not Mess Up Return-To-The-Office, la pandémie aurait permis de booster la productivité tout en améliorant les cultures de travail et l’équilibre travail-vie personnelle.

94%

des 800 organisations sondées ont découvert que la productivité était la même ou supérieure en télétravail en comparaison avec la productivité avant la pandémie. Dire qu’avant la pandémie, beaucoup doutaient de l’efficacité du travail à la maison!

76%

des employés affirment que leur culture organisationnelle s’est améliorée depuis le début du travail à distance.

60%

des employés disent que les organisations respectent mieux l’équilibre travail, vie personnelle depuis le début de la pandémie.

Malgré la réticence, la peur et l’incertitude de la situation, de nombreux effets positifs ont pu être constatés au sein des organisations. Tous ont su faire preuve d’adaptation.

Toutefois, ce n’est pas terminé car nous nous apprêtons à entrer dans une nouvelle phase de la pandémie.

Les 3 phases de la pandémie

En neuroscience, on dit que les transitions suivent 3 phases distinctes et la pandémie n’y fait pas exception.

Les 3 phases de la pandémie | Source: Neuroleadership Institute

La phase de choc

La première phase est la phase de choc. Quand la pandémie est arrivée, on s’est sentis submergés! Au niveau de notre cerveau, l’impact était très similaire à un choc physique. Cela pouvait s’apparenter à ce qu’on peut vivre quand on se casse un bras par exemple. Notre corps a dû composer avec un boost d’adrénaline pendant plusieurs semaines.

Rappelez-vous: on est en janvier 2020, pré-pandémie. On n’avait aucune idée de ce qu’on allait vivre. Plusieurs faisaient déjà du télétravail très partiellement, d’autres étaient sur le point de pouvoir faire du télétravail une journée par semaine en suivant plusieurs balises.

Nombreux étaient ceux qui se disaient : Im.po.ssible d’avoir tout le monde en télétravail tout en préservant le même niveau de productivité. Et si on voulait implanter une politique de télétravail, on avait la certitude que ça prendrait une stratégie de gestion de changement. Ces certitudes se sont clairement avérées fausses!

La phase de douleur

Ensuite, quand l’adrénaline est redescendue, on est entrés dans la phase de douleur ou de souffrance. On était sous l’impression que ça ne finirait jamais, que notre bras cassé ne reviendrait jamais à la normale.

On ne va pas le nier: le temps pouvait paraître long. C’était d’autant plus difficile que la possibilité de décider de nos propres actions nous avait été enlevée. On ne pouvait plus aller au bureau, mais aussi voir la famille, sortir, avoir des moments de détente à l’extérieur. C’était douloureux.

La phase de réhabilitation

Après une très longue période d’incertitudes, on entre maintenant dans la phase de réhabilitation. Pour reprendre l’image précédente, la phase d’entraînement est celle qui va permettre à notre bras de guérir. C’est maintenant le moment de se questionner et de réfléchir à comment se préparer et s’outiller pour réussir notre réhabilitation.

Par réhabilitation, on veut dire:

  • Retrouver nos forces, les forces qu’on possédait déjà avant la pandémie et sur lesquelles on peut s’appuyer.
  • D’utiliser aussi notre bras gauche qui lui n’a pas vécu de choc. Il s’agit donc de s’appuyer sur les éléments qui n’ont pas changé et sur lesquels on a du contrôle.
  • Mais aussi de bâtir de nouveaux muscles pour éviter de retomber dans ces phases-là, donc de s’entraîner pour mieux vivre et faire face à un prochain choc.

Les enjeux du déconfinement

Avec le retour graduel au bureau, il va maintenant falloir s’habituer à un mode de travail hybride. Certains vont retourner, plus ou moins progressivement, au bureau quand d’autres vont rester en télétravail.

Or, ce nouveau mode de fonctionnement suscite déjà bien des questionnements. En effet, comment conserver les avancées de ces derniers mois en termes d’équilibre vie privée-vie professionnelle? Faut-il, en tant que gestionnaire ou chef d’entreprise, donner des directives claires? Ou au contraire, doit-on laisser le choix aux employés quant à leur lieu de travail?

Comment impliquer ceux qui vont rester 100% en télétravail? La proximité psychologique sera-t-elle encore un sujet prioritaire?

Comment continuer d’améliorer son milieu de travail et de moderniser ses pratiques sans devoir attendre une autre crise?

Un début de solution consiste à identifier les croyances limitatives et à les transformer grâce à un état d’esprit d’apprentissage. Une transition en douceur, c’est possible si on s’en donne les moyens et cela commence par l’adoption du bon état d’esprit! Et si vous cherchez des astuces concrètes pour y parvenir et bien aborder le travail en mode hybride, n’hésitez pas à lire notre article Retour au travail: comment faciliter la transition? ou à regarder notre webinaire sur le sujet.

Webinaire

Retour au travail en mode hybride: comment faciliter la transition?

Accéder au webinaire